Report de session calmar et partie stratégique!

Report de session calmar et partie stratégique!

5-6 minutes de lecture sur un rapport stratégique d’une session de pêche de nuit,que j’ai beaucoup aimé ! Eging fait référence au terme japonais pour le leurre à calmar, appelé en français « turlutte » ou « calamarette ».

Le report :

Il y avait longtemps que je n’avais pas fait ça. Une courte séance de light eging, de nuit, du bord. Je suis sorti sur un coup de tête, après un brin de causette avec ma mère, qui vit près du spot. Les conditions locales semblaient plus que correctes : pas de vent du tout, et marée descendante. Une vérification rapide sur internet des tables de marées, m’a appris que la marée serait basse vers 23:00 : les chances étaient plutôt bonnes. J’ai quitté la maison au crépuscule et suis  arrivé sur place à la nuit. Formidable ! La clarté de l’eau était excellente : limpide. Et presque pas de courant, qui n’était pas si mal à cet endroit précis. Mais c’était bondé. J’ai compté plus de 10 frontales sur le quai. Parfois, c’était des binômes de pêcheurs!
calmar-600-24-10-2016
J’ai utilisé une canne que j’ai réparé moi-même, donc je n’étais pas très  confiant mais je me suis rendu compte qu’elle lance toujours aussi bien, et assez loin. Après le troisième lancer,  je sens la touche caractéristique d’un calmar. Un  poids soudain sur la ligne et une forte attraction vers l’arrière. Je le met au sec, le tue, et continue.
Une dizaine de lancers plus tard, BIM ! J’en attrape un second, après avoir changé ma turlutte et essayé diverses animations. Les gars à côté de moi sont ici depuis 16:00 et ont seulement attrapé 4 calmars. Je les rattrape en dix minutes, je me sens confiant !
Plus tard au cours d’un test d’animation près du rivage, un mini  calmar suicidaire attaque ma turlutte à la descente après  une animation en petites tirées sèches (short jerks). Je recommence, trouve la même profondeur, et reproduit la même animation, et je laisse descendre. Je ressent un choc sourd dans la canne, et je prends un nouveau calmar. Sur cette animation spécifique, je vais en prendre 4 ou 5. Et j’ai compris que ce que je pensais être des débris flottants dans ma ligne étaient en fait des touches que j’avais mal interprété. J’en ai probablement manqué 5 ou 6 de plus à cause de cela.

Les pêcheurs sont partis, et je me suis tout à coup retrouvé seul. Ensuite, j’ai eu un moment de creux énorme, entre 23:30 et 1 h 30. Rien, pas un contact, pas une tirée… Je pense à rentrer à la maison, mais je suis sûr que la marée m’apportera quelques calmars de plus. Alors je suis resté là, et entre 01:00 et 02:00, j’en ai attrapé 4 plus.
 calmar-003-600-24-10-2016
J’adore ce type de pêche, avec un matériel très sensible et une grande finesse, tout en restant très léger.

Maintenant vient la partie stratégique !

Quand vous pêchez le calmar, vous devez faire attention à cinq choses :
-La vitesse de descente,  qui est dictée par la profondeur de l’endroit, et le sens d’où souffle le courant.
-La profondeur de pêche, que vous allez essayer de trouver tout au long de votre session de pêche. Les calmars sont souvent emballés sur la même profondeur, chasse ensemble.
-L’animation, qui est souvent simple, mais nécessite quelques explications.
-La taille de la turlutte
-La couleur de la turlutte

La vitesse de descente

Elle est sensée correspondre au numéro et à la taille indiquée sur la turlutte. Mais dans les faits ça varie beaucoup. Donc, lisez attentivement ce qui est écrit sur votre turlutte. Celles  que j’ai utilisé sont petites mais descendent au même rythme que les grosses. Environ trente centimètres par seconde, ce qui suffit pour le lieu où je pêche. La profondeur était comprise entre 2 et 4 pieds au-dessus des algues quand je suis arrivé. Et quand je me suis arrêté, elle était environ de 10 à 12 pieds. La vitesse de descente est un facteur crucial, parce que les calmars attaquent principalement au cours de la descente. Une descente trop rapide ne laisse pas assez de temps aux calmars pour voir votre turlutte. Et une descente trop lente n’ira pas assez vite à la bonne profondeur, ce qui sera notre prochaine étape !

 La profondeur de pêche

C’est le deuxième facteur le plus important , car il peut varier au cours de la session. En gros, et si le fond n’est pas plein de pierres, vous allez commencer à compter dès l’instant où votre turlutte touchera l’eau jusqu’au moment où elle touchera le fond. Je vais vous donner un petit conseil : J’ai toujours eu du mal à compter régulièrement, alors, je compte mentalement de la façon suivante :  « Un-Mississipi-deux-Mississipi-etc », parce que j’ai remarqué qu’en disant quelque chose pendant le compte m’aide à rester régulier.
Disons que vous ayez atteint le fond à 12. Commencez votre animation, ramenez votre turlutte, et recommencez. Cette fois-ci, comptez jusqu’à 10 ou 11. Et ainsi de suite jusqu’à ce que vous trouviez les calmars. Évidemment, si vous pêchez au cours de la marée descendante, le temps va diminuer progressivement et augmenter si vous pêchez vers la marée haute.

L’animation

C’est un sujet qui est souvent discuté, et à mon avis, n’est pas le plus pertinent. Je l’ai mis en troisième, dans ce but. Bien sûr, l’animation vous aide. Mais c’ est dans le seul but est de laisser le calmar voir effectivement votre turlutte. Bishi-bashi, longs, courts jerks, sont donc des techniques qui font passer votre leurre dans la colonne d’eau du bas vers le haut et de haut en bas sur la descente. C’est fondamental, la descente est la partie critique, où vous devrez en même temps être attentif à l’entrée de la ligne dans l’eau (une tresse blanche aide beaucoup !) et être très rapide pour ferrer DOUCEMENT. Si un calmar attaque votre turlutte à la descente, deux choses  peuvent principalement se produire : la tresse qui coulait doucement en ligne détendue, a soudainement fait un petit « saut » ou fait un petit « cercle ». Moulinez rapidement pour récupérer la bannière, et ferrez. Voici un autre conseil : après avoir fini de  relever votre canne, « jetez » la bannière sur l’eau et surveillez de près le point d’entrée de la ligne. Si quelque chose se passe, c’est à cet endroit que vous le verrez !
 calmar-turluttes-001-600

La taille de la turlutte

Elle est aussi importante que la couleur, et encore une fois, elle peut varier au cours de la journée. Ou plutôt de la nuit.
Je connais l’endroit où j’ai pêché, et une bonne connaissance de vos spots est importante, parce que les turluttes ne sont pas bon marché. Je sais par exemple que les couleurs les plus efficaces sont le brun crevette, le rose et le bleu sardine. Parfois, l’orange est mortel.
La seule règle que j’applique toujours est tout d’abord de tenter de pêcher avec des turluttes transparentes, si la nuit est claire (pas de nuages, une grande lune) et en passant ensuite aux turluttes opaques. et vice-versa, si le temps est mauvais. Lors de cette session, la plus efficace a été la transparente rose.
Les couleurs principales sont rose, orange, marron, bleu et vert. Et beaucoup de variations intermédiaires. N’hésitez pas à essayer ce que vous voulez.
La taille compte plus que les couleurs, à mon avis. Tout le monde pêchait avec gros gabarits ce soir-là. J’étais le seul à avoir de petites turluttes. Mais j’ai attrapé les calmars avec du bleu, du rose, du marron et du vert…
J’ai pendant un temps utilisé des starlights, mais je ne le fais plus, car je ne remarque aucune différence. Je n’ai jamais essayé les attractants, donc je ne pourrais pas vous en parler.

Le matériel

 Je vous ai parlé de polyvalence. J’ai donc utilisé ma bonne vieille canne UL , que j’ai réparé moi-même, et un moulinet qui l’équilibre bien. Je ne fais pas très attention au ratio, du moment qu’il est rapide  😉 parce que selon moi, il est plus facile de ralentir son tempo que de l’accélérer. La canne doit être souple, et vos anneaux doivent être proche du blank. Dans l’idéal, votre dernier anneau sera un anneau spécial qui évite les boucles. Mais l’important, c’est de pêcher. Tant pis si vos anneaux ne correspondent pas, laissez tomber le bishi-bashi, et faites d’autres animations!
J’ai utilisé une tresse PE 0,6 vert clair. J’aurai préféré en blanc, mais je n’en ai pas encore trouvé dans ce diamètre et j’ai utilisé un bas de ligne de fluoro 14 lb qui est un peu trop épais pour moi, mais je n’avais rien de plus petit.
J’ai attaché à chaque fois une agrafe à l’extrémité de la ligne. Elle m’aide dans deux choses : tout d’abord, je peux modifier le leurre plus vite qu’en renouant un nœud à chaque fois, et ne pas raccourcir de trop mon bas de ligne à chaque changement. Deuxièmement, comme la turlutte tombe avec un angle de 45°, la tête touche le fond d’abord et affaiblit le bas de ligne. Mais avec une agrafe, c’est différent.
Maintenant, je dois ajouter une  chose : il est essentiel de DESSERRER au max votre frein . Les calmars sont fragiles, et seiche encore plus. Si vous ferrez trop dur, vous allez remonter des morceaux de tentacules au lieu d’un calmar entier… Desserrer votre frein vous permettre de ferrer, mais le ferrage sera amorti par la libération du fil.
Serrez votre frein après avoir effectué votre ferrage et récupérez sans temps mort. Dropez vos calmars ou épuisez-les. Je préfère les droper, parce que les paniers de turluttes se prennent souvent dans les mailles des épuisettes. Utilisez un torchon,  saisissez votre proie glissante, et retirez votre turlutte en en inversant le sens. Avec une longue aiguille, tuez les calmars, en poussant à travers la tête entre les deux yeux, vers les tentacules. Et gardez les dans un sac. Une fois à la maison, ça va être délicieux !
Un dernier mot : pêcher seul de nuit peut être dangereux. Dites à quelqu’un où vous allez et à quel moment vous vous attendez à rentrer. Ayez votre téléphone portable à pleine charge lorsque vous sortez et portez des vêtements lourds (ici, en octobre dans la nuit, c’est assez froid !) et regardez la mer chaque fois que vous regardez votre ligne. Sur mon spot, je n’ai vraiment besoin d’une lampe frontale, mais j’en avais amené une juste au cas où. C’est plus facile de refaire un nœud, ou de vérifier la couleur exacte de la turlutte avec!

Dites-moi en commentaire comment vous pêchez les calmars de votre côté ! Ou demandez-moi en commentaire si je peux vous aider en quoi que ce soit !

Si vous trouvez cet article utile, vous pouvez le partager sur votre réseau social préféré et laisser un commentaire, c’est gratuit et enrichissant…

Fishing is passion, not fashion !

Thomas

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

About Admin Tom

Pêcheur français, j'adore partager les stratégies et les techniques de pêche. J'ai 39 ans, et je pêche depuis mes 2 ans...

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *